ANCE-Togo discute avec les institutions régionales

Dans la perspective de soutenir la politique de bonne gouvernance économique et promouvoir la lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest et au Togo, l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), Contact National de Transparency International est en tournée d’échanges avec les institutions régionales accréditées au Togo.

La promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption sont  une condition première et sine qua non pour le développement de nos États car cela permettra de créer un climat de confiance et favoriser  une attraction des investisseurs étrangers au Togo. C’est pour cette raison que l’ANCE-Togo qui porte à cœur la question du développement durable de la Communauté Ouest-Africaine en général et du Togo en particulier, focalise ses actions  sur les activités de plaidoyer auprès des institutions étatiques, organismes internationaux, ambassades, etc. pour attirer leur attention sur le renforcement des instruments de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux dans leurs domaines d’intervention.

A cet effet, une délégation de l’ANCE-Togo conduite par Docteur Fabrice EBEH, Directeur Exécutif, a rencontré  le Président de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), Mr Christian ADOVELANDE, Monsieur Assoukou Raymond KRIKPEU, Représentant Résident de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine  (UEMOA) et Monsieur Mamadou Saidou CAMARA, Directeur du Département Juridique et Services Institutionnels de la Banque d’Investissement et du Développement de la CEDEAO (BIDC), représentant le Président de cette institution. La rencontre avec ces institutions régionales a porté sur la nécessité de prioriser les questions de bonne gouvernance dans leurs appuis aux gouvernements de la région et surtout que la lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux soient intégrées de manière transversale dans leurs stratégies d’intervention.

Selon le Président de la BOAD, il existe déjà une politique de sécurité financière mise en place par la BOAD qui à pour finalité de définir l’organisation, le fonctionnement et le contrôle des dispositifs de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement de terrorisme, et la lutte contre la corruption au sein de la BOAD. La BIDC quant à elle est entrain de renforcer son cadre stratégique avec une politique anti-blanchiment et anti-corruption en cours adoption. Quant à l’UEMOA, elle a déjà adopté plusieurs directives communautaires relatives à la transparence budgétaire, à la transparence des marchés publics et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Docteur Fabrice EBEH a félicité les responsables des trois hautes institutions régionales de l’Afrique de l’Ouest visitées pour leur disponibilité et a réaffirmé l’engagement de son organisation à travailler à leurs côtés pour renforcer la mise en œuvre des politiques anti-blanchiment et anti-corruption dans nos États.

Laisser un commentaire