ANCE-Togo plaide pour l’adhésion du Togo à la position de IPEN sur les POP

L’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’environnement a eu plusieurs réunions de travail avec les différentes autorités publiques impliquées dans la protection de l’environnement. Ces séances d’échanges ont permis à l’ANCE-Togo de sensibiliser et de mener un plaidoyer de haut niveau auprès des délégués du Togo aux prochaines réunions régionale et internationale sur les produits chimiques toxiques, pour qu’ils supportent les limites les plus strictes de POPs dans les déchets proposés par le réseau IPEN.

Tout au long de la mise en œuvre de son projet plaidoyer pour une définition plus stricte des niveaux de contenu faible en POP dans les conventions de Bâle et de Stockholm, financièrement soutenu par IPEN ; l’ANCE-Togo a organisé plusieurs réunions de discussions sur les faibles teneurs de POPs dans les déchets, avec les acteurs impliqués dans la protection de l’environnement et de la santé humaine. Ainsi, d’importantes réunions ont été organisé avec le point focal produits chimiques et le directeur de l’environnement ; tous deux, représentants du Togo à ces conférences des parties des conventions Bâle, Rotterdam et Stockholm. Plusieurs lettres d’informations sur les LPCL ont été également transmises au ministère de l’environnement, du développement durable et de la protection de l’environnement ; à l’Assemblée Nationale ; au secrétariat du gouvernement et aux organisations de la société civile engagées sur les questions de Polluants Organiques Persistants (POP).

Ces rencontres ont été l’occasion pour la délégation de l’ANCE-Togo d’échanger avec ces acteurs sur les caractéristiques des POPs, notamment leurs potentiels de propagation à longue distance dans l’environnement, leurs persistances et leurs toxicités ; et de plaider pour que le Togo supporte a ces rencontres internationales l’adoption des faibles teneurs les plus strictes de POPs dans les déchets , pour inspirer des politiques plus conséquentes au niveau des pays africains en faveur de la protection de l’environnement et de la santé de  l’homme. Les faibles teneurs de POPs contenus dans les déchets étant susceptibles de se retrouver dans l’environnement par rejets involontaires liés aux modes d’élimination, recyclage, réutilisation ; les acteurs publics rencontrés reconnaissent et soutiennent la position de IPEN qui stipule qu’il serait plus bénéfique pour les pays africains que les concentrations les plus basses en POPs soient adoptées au niveau international pour définir les déchets de POPs.

Ces actions de plaidoyer menées par l’ANCE-Togo ont été concluantes à plusieurs égards. D’abord la rencontre régionale de Nairobi qui s’est déroulée fin mars 2019 a fait clairement ressortir les positions africaines. Les positions défendues par IPEN ont été clairement adoptées par les délégués des Etats parties notamment du Togo présents à cette rencontre. Et ensuite même si le plus difficile sera fait sans aucun doute à Genève pendant la Conférence des Parties qui s’est ouverte fin avril 2019, les délégués du Togo sont engagés à jouer leur partition pour que les positions acquises à Nairobi soient adoptées par la Conférence des Parties.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.