La CEDEAO se mobilise contre les Flux Financiers Illicites

L’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), a pris part aux travaux de l’atelier régional de sensibilisation des organisations de la société civile sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (BC/FT). Cet atelier organisé par le Groupe Intergouvernemental d’Actions contre le Blanchiment d’Argent (GIABA) a regroupé du 25 au 27 septembre 2019 à Bamako, au Mali, plus de 45 acteurs de la société civile venus des 15 pays membres de la CEDEAO.

Cette rencontre régionale destinée aux acteurs de la société civile a pour objectif principal de nouer un partenariat solide et stratégique avec lesdites organisations de l’espace CEDEAO dans cette lutte. Il était plus précisément question de sensibiliser les OSC sur les dangers et les conséquences du BC/FT dans la région ; renforcer leurs capacités dans la lutte contre le BC/FT ; les sensibiliser et leur permettre de mener des activités de plaidoyer  pour susciter l’application effective des dispositions du LBC/FT au niveau national et régional ; et surtout attirer leur attention sur la nécessité d’utiliser les plateformes pertinentes pour la diffusion d’informations, de publication et de partage d’informations fiables sur la LBC/FT. Les travaux ont été ouverts par le Secrétaire général M. SOMBE Thera, représentant le ministre de la justice du Mali.

Les présentations ont  portés entre autres sur la compréhension du mandat, les rôles et les activités du GIABA ; les mesures internationales de la LBC/FT ; le rôle et attentes de la société civile dans la lutte contre le BC/FT ; les stratégies de plaidoyer des OSC pour engager les décideurs politiques et les parties prenantes dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée ; comprendre le cadre national d’évaluation des risques BC/FT; faire respecter l’état de droit et promouvoir le développement durable et les politiques en faveur des pauvres. Les échanges ont permis de relever quelques problèmes tels que : l’inefficacité du système judiciaire, l’insuffisance de la législation et le manque de volonté politique des Etats dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Au-delà, les OSC éprouvent des difficultés pour accéder aux informations fiables leur permettant de mener des activités de plaidoyer. Il est capital d’accentuer les actions de sensibilisation pour une prise de conscience chez des jeunes sur la nécessité de lutter contre le BC/FT. GUEME Dodji Kodjo, Economiste et chargé de projet à l’ANCE-Togo et l’un des représentants du Togo à cette rencontre, estime qu’il est nécessaire que « les autorités nationales créent un environnement favorable au développement des compétences pour réduire la criminalité et qu’elles accroissent la participation des OSC dans cette lutte »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.