Lutte contre la corruption :  TI formule des recommandations à l’UA

La journée africaine de lutte contre la corruption a été célébrée le 11 juillet 2018 dans la plupart des pays africains, à travers le thème « Vaincre la corruption : une voie durable vers la transformation de l’Afrique ». A cette occasion, Transparency Internationale et ses 28 sections en Afrique dont l’ANCE-Togo ont félicité l’Union africaine pour l’instauration de cette journée afin de réfléchir sur la lutte contre la corruption qui reste malheureusement une menace et un obstacle pour le développement économique des États africains et aussi pour avoir consacrée l’année 2018 a la lutte contre ce phénomène. Au-delà ils formulent des recommandations à l’endroit de l’UA qui attache de l’importance à la démocratie, aux droits de l’homme et à l’État de droit, ainsi qu’aux valeurs de transparence, d’intégrité, de participation et de responsabilité.

Transparency International et l’ensemble de ses sections en Afrique dressent le bilan de l’engagement de l’Union africaine dans la lutte contre la corruption. Cet engagement s’est traduit par l’adoption d’un certain nombre de traités dont la convention de l’UA pour prévenir et combattre la corruption en 2003 et l’adhésion à la convention des Nations unies contre la corruption et d’autres lois régionales. La convention de l’UA est une feuille de route pour mettre en œuvre des systèmes de gouvernance et de lutte contre la corruption au niveau national et régional. A ce jour, seuls 38 des 54 États membres ont ratifiés cette convention et ceux qui l’ont ratifiée n’ont pas encore démontré de progrès dans sa mise en œuvre. Ils recommandent à cet effet à l’UA d’exhorter les 17 pays restants de prendre des mesures adéquates pour l’adopter et d’exiger de ceux qui l’ont déjà ratifié à rendre compte de leurs progrès et obliger leurs dirigeants à prendre leurs responsabilités quant à sa mise en œuvre.

Dans le cadre de la passation des marchés publics, en raison de détournements de fonds et de corruption, ils recommandent l’élaboration des normes et des lignes directives pour la passation des marchés publics, mettre en place une communauté de praticiens consacrée à la passation des marchés publics et bien d’autres mesures. Pour promouvoir également les contrats ouverts, ils appellent l’UA à encourager et faciliter des contrats ouverts à travers l’adoption de la publication des informations et des principes de contrats ouverts, instituer aussi les contrats ouverts comme processus d’achat par défaut de l’organisation africaine.

Sur le sujet des flux financiers illicites de capitaux dont l’ampleur a pris du regain avec  les estimations qui s’élèvent aujourd’hui à 90 milliards de dollars américains, TI et ses sections de l’Afrique appellent l’UA à exhorter entre autres les gouvernements à mettre en place et à appliquer les lois régissant les avoirs émanant de la corruption, de la criminalité et du blanchiment d’argent, améliorer la coordination et la communication entre les institutions chargées de l’application de la loi au niveau national et international. Ils appellent les dirigeants africains à prendre des mesures vigoureuses pour lutter contre la corruption qui mine encore l’accès à l’éducation de qualité, à des services de santé performants et à une justice équitable notamment en veillant à ce que les états membres mettent en place des mécanismes de collecte des plaintes des citoyens victimes de la corruption et assurer la protection des dénonciateurs. Transparency international appelle une fois de plus aux gouvernements à divulguer les ayants-droits des entreprises ou des dépôts bancaires.

Pour finir Transparency International et l’ensemble de ses sections en Afrique, et notamment l’ANCE-Togo, encouragent l’UA et les pays africains à continuer la lutte au-delà de 2018 à travers des actions concrètes notamment consacrer des ressources à la lutte contre la corruption ce qui permettra de renforcer les systèmes anti-corruption existants et à soutenir la société civile dans l’éradication de la corruption sur le continent.

Pour plus de détail sur la déclaration de TI, veuillez cliquer ICI

Laisser un commentaire