Les sections de TI partent en guerre contre la corruption dans le foncier et l’éducation

La capitale du Ghana Accra a accueilli les sections de Transparency International de l’Afrique de l’Ouest qui se sont réunies pour poursuivre leur réflexion sur des thématiques d’intérêt commun y compris le foncier, l’éducation, les marchés publics, l’intégrité politique, les Flux financiers illicites (FFI) et la migration. Plusieurs sections de TI y compris l’ANCE-Togo étaient présentes à cette rencontre importante à Accra du 10 au 11 décembre 2019.  La corruption dans le foncier et l’éducation paralysent beaucoup de pays d’Afrique. C’est dans cette optique que TI en collaboration avec ses sections nationales ont identifiées ces thématiques lors des éditions 2016 et 2017 de la Rencontre régionale Afrique de TI tenues à Abuja et à Maputo respectivement, pour intensifier leur engagement collectif avec les acteurs et institutions de la lutte contre la corruption aux niveaux régional (Union africaine) et sous-régional (Communautés économiques régionales). En effet, la rencontre d’Accra du 10 au 11 a permis aux sections nationales d’améliorer le document de plaidoyer,  de procéder à sa validation, de pencher sur les actions collectives et plaidoyer sur l’intégrité politique en Afrique et enfin analyser l’agenda mondial 2030 de TI sur le suivi du progrès des ODD en Afrique de l’Ouest. A la fin de la rencontre d’Accra, les sections de TI ont dégagé une action collective au niveau sous-régionales pour le plaidoyer efficace en matière de lutte contre la corruption dans le foncier, l’éducation, l’intégrité politique, les ODD et les Flux financiers illicites. Cette rencontre a permis au représentant de l’ANCE-Togo, m. Samuel ALLAH, de saluer les actions menées par les sections sur ces différents thématique et d’aborder le travail que son institution abat dans la lutte contre la corruption au Togo au plan général et en particulier au niveau décentralisé avec la création et l’opérationnalisation de trois Centres d’assistance juridique et d’action citoyenne (CAJAC) dans trois régions du Togo à savoir la région maritime, la région centrale et la région et l’opérationnalisation du numéro vert 8287 permettant aux citoyens togolais de dénoncer tout acte de corruption.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.