La société civile se mobilise contre le blanchiment des capitaux

L’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), a pris part aux travaux de la rencontre des sections nationales de TI de l’Afrique de l’ouest et du centre francophones sur le plaidoyer autour de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le suivi des Objectifs de Développement Durable. Cette rencontre organisée par Transparency International a regroupé le 31 octobre 2019 à Conakry, en Guinée, plus de 8 sections nationales. Les travaux ont été ouverts par le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté guinéenne, M. Mamadou Taran DIALLO. Cette activité a permis à tous les pays de présenter les enjeux et perspectives dans la lutte contre le blanchiment de capitaux en Afrique de l’ouest. Le représentant de l’ANCE-Togo a présenté les enjeux au Togo relatifs à la privatisation du criminel de jouir du produit de son crime ; réparer le tort causé à la victime ; transformer l’économie informelle en économie formelle ; développer de nouveaux moyens de payement associés aux nouvelles technologies de l’information et une mobilité accrue de capitaux. La perspective principale pour le Togo est l’effectivité dans la mise en œuvre de la loi uniforme sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Les perspectives au niveau de TI, c’est de mettre en place une plateforme des pays de l’Afrique de l’ouest comme outil de suivi ; espace d’échanges avec les journalistes d’investigation et une libraire.   Pour le suivi et le plaidoyer au niveau national dans la mise en œuvre de l’ODD 16, notamment les cibles 16.4 ; 16.5 ; 16.6 et 16.10. Chaque section a fait cas des efforts entrepris dans son pays. Les résultats obtenus par l’ANCE-Togo ont été largement partagés et appréciés par l’ensemble des participants.  Comme perspective, TI cherche a créé une plateforme en ligne pour intégrer les recherches de tous les pays pour analyser les tendances et peaufiner la stratégie de plaidoyer pour accélérer la mise en œuvre des ODD. Monsieur GUEME Dodji Kodjo, Economiste à l’ANCE-Togo estime qu’il est nécessaire que « les autorités nationales veillent à la mise en œuvre des lois votés contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme pour réduire considérablement les flux financiers illicites qui constituent un véritable frein au développement durable de nos pays ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.