Togo : vers une coordination des acteurs en lutte contre la corruption

Issus des organes étatiques de contrôle, de prévention, de lutte et des organisations de la société civile du Togo, ces acteurs à l’invitation de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA), ont longuement échangé et reconnu à l’unanimité, la nécessité de mettre en place une structure de coordination des différents acteurs intervenant dans la lutte contre ce fléau qui gangrène non seulement l’économie nationale mais amenuise les moyens destinés au développement des secteurs sociaux de nos pays.

Fort de ce constat, le régisseur du PASJ, le Directeur Exécutif de l’ANCE Togo et le représentant de l’UE, ont salué cette initiative tant souhaitée depuis belle lurette et dont l’idée avait été émise par l’UE, dès la création de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées par la loi   2015-006 du 28 juillet 2015.

C’est dans la suite logique de cette idée novatrice que la Haute Autorité a décidé prendre ses responsabilités en assumant le relais, dans la mesure où elle est devenue l’instance suprême de lutte et de coordination de toutes les synergies de lutte et de prévention de ce mal insidieux

Dans son adresse aux différents acteurs, le Président de la Haute Autorité s’est félicité de la mobilisation dont ils ont fait montre et qui témoigne de leur engagement dans cette lutte féroce dans notre pays. Elle doit s’inscrire dans le cadre d’une action collective de toute la nation.

Le Président s’est dit particulièrement heureux de constater une forte mobilisation des organisations de la société civile aux côtés des organismes étatiques et s’est engagé à créer les conditions favorables pour une participation active et multiforme de toutes les forces vives de notre société à ce combat de salut public.

Il a tenu à exprimer ses gratitudes aux responsables de l’ONG ANCE-TOGO, de l’UE et du PASJ pour la concrétisation de cette initiative, œuvre d’une coopération agissante entre institution et société civile, préconisée par la Convention des Nations Unies contre la corruption celle de l’Union Africaine.

La rencontre ouverte par le directeur de cabinet du ministre de la justice, chargé des relations avec les institutions de la République, a accouché d’un groupe de travail de 08 personnes sous la coordination du président de la Haute Autorité M. Essohana WIYAO. Peu après, ce groupe a eu une séance de travail pour réfléchir sur le cadre juridique, institutionnel et organisationnel de la future instance de coordination des différents acteurs de lutte contre la corruption au Togo.

Pour plus de détails, suivez absolument cette vidéo en cliquant ICI

Laisser un commentaire