Vers une position africaine commune sur le recouvrement des avoirs

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) accueille la 4è Assemblée Générale annuelle du Réseau des Institutions Nationales de Lutte contre la corruption d’Afrique de l’Ouest (RINLCAO). Cette rencontre de deux jours (5 et 6 novembre 2019) est placée sous le thème : « vers une position africaine commune pour le recouvrement des avoirs ». L’ANCE-Togo participe également aux travaux de cette Assemblée Générale annuelle. L’organisation de cette rencontre à Lomé s’inscrit dans le cadre d’harmonisation des pratiques et actions de lutte contre la corruption dans la sous-région. Cette assise a connu la participation de plusieurs acteurs venus des différents états membres de la CEDEAO, représentants les institutions nationales de lutte contre la corruption, les organismes publics et les organisations de la société civile dont l’Alliance Nationale des Consommateurs et l’Environnement (ANCE-Togo), la principale organisation nationale engagée dans l’appui à la bonne gouvernance économique et à la lutte contre la corruption. Le Représentant permanent de la CEDEAO au Togo, Monsieur Garba Lumpo à l’ouverture des travaux, a souligné que « La corruption est une menace à la gouvernance des jeunes et à la stabilité des états fragiles ». Ce constat est partagé par tous les Etats et instituions réunis à cette rencontre qui reconnaissent que le phénomène de la corruption freine les efforts de développement entrepris par les gouvernants. M. Pius Agbétomé, ministre en charge de la justice et représentant spécial du Chef de l’Etat à cette cérémonie, a dans son discours d’ouverture rappelé que « La corruption est un mal qui touche de nombreux pays, grands et petits, riches ou pauvres ; mais c’est dans les pays en voie de développement qu’il est le plus préoccupant ». Durant ces deux jours de travaux, les participants se sont penchés sur des sujets importants comme l’adoption des statuts révisés, l’adoption du règlement intérieur, l’adoption du guide de procédure financière et comptable, et la désignation d’un président du comité exécutif du réseau. Ils ont examiné également la question du choix du siège du réseau. Plusieurs communications ont marqué cette 4e Assemblée Générale annuelle notamment la présentation de l’ONUDC sur la confiscation en l’absence de condamnation pénale ou encore celle sur l’Académie anti-corruption du Nigeria. Dr Ebeh Kodjo Fabrice, Directeur Exécutif de l’ANCE-Togo souligne que « la sous-région ouest africaine est au bas des tableaux de tous les classements internationaux sur l’état de corruption dans le monde. Les institutions nationales de lutte contre la corruption de l’Afrique de l’ouest doivent alors renforcer leurs relations de collaboration, l’harmonisation des textes, la promotion des bonnes pratiques et l’application effective des sanctions pour mieux combattre ce fléau dans notre espace communautaire ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.