15/01/2018

Programme de Développement Local dans le Canton de Goubi (Pref. Tchamba)

Programme de Développement Local dans le Canton de Goubi (Pref. Tchamba)

Le canton de Goubi est situé dans la préfecture de Tchamba au Nord-Est du Togo. Ce canton compte près de 7000 habitants.  Plus de la moitié de la population vit avec moins d’un dollars US par jour. Cette pauvreté est généralisée et frappe toutes les couches sociales de la population. Les populations de ce canton sont confrontées à l’importance de la pauvreté en milieu rural, notamment à la faiblesse des revenus monétaires, à la pénurie des terres fertiles, et à l’insuffisance de l’accès aux infrastructures sociales de base, les jeunes quittent en effet de plus en plus la campagne pour la ville. Le taux de scolarisation demeure encore très bas malgré la gratuité de l’école. Les effectifs des classes sont pléthoriques au primaire avec une moyenne de 44 élèves par maître et 43 élèves par salle de classe dans les écoles primaires publiques.

Selon le Profil de la pauvreté, QUIBB 2006 et 2011, la proportion               de           la               population          qui est « multidimensionnellement » pauvre est passée de 59,4% en 2006 à 51,9% en 2010, soit un recul de 8 points. En milieu urbain, elle est passée de 33,0% à 25,8%, soit une réduction de 7,2 points. La réduction est plus importante en milieu rural où elle est passée de 76,0% à 67,6%, soit un recul de 8,4 points. Toutefois, dans cette zone le taux de pauvreté atteint 87,9% de la population. Le taux d’accès à l’eau et à l’assainissement dans ce canton demeure très faible (10%). Les populations fons souvent leurs besoins dans la nature de telle sorte que pendant les saisons sèches, ces déchets se déversent sous l’effet du ruissellement dans les eaux de rivières qui sont bues par ces populations. Le taux d’accès aux installations sanitaires aussi est faible (5%). Le taux d’accès à l’électricité est de 1% et ce taux est lié à quelques installations de panneaux solaires récemment par le gouvernement. Selon l’Enquête QUIBB 2006 et 2011, au plan national, on note que 66,1% des ménages estiment que les besoins de soins de santé des membres de leur ménage ne sont pas satisfaits. L’analyse selon le milieu de résidence montre que 72,3% des ménages en milieu rural et 61,6% en milieu urbain ont des besoins de santé non satisfaits. Dans cette localité on note une grande précarité des services de santé. Il existe juste une petite infirmerie peu équipée ne disposant pas de personnel requis et l’inexistence de matériels et de médicaments adéquats. 

Au plan environnemental, il convient de relever que toutes les forêts du village sont sur le point d’être complètement détruits par les trafiquants de bois venus du Bénin ou du Togo qui coupent illégalement tous les iroko, tecks et autres espèces. La forêt d’Abdoulaye non loin du canton est constamment menacée par des actions anthropiques et le manque d’investissement adéquat.

Enfin, au plan agricole, il faut noter que près de 90% de la population de ce canton vit des activités agricoles. Toutefois, depuis une dizaine d’années, on note une dégradation constante des sols liés à l’abus d’usage des pesticides chimiques de synthèses et la non maîtrise des techniques culturales. Ces maux engendrent un exode rural massif vers les villes.

Pour contribuer au développement de cette localité qui bénéficie rarement des programmes de développement, l’ANCE a mis en place ce programme de développement intégré de ce canton, incluant plusieurs volets dont l’eau et l’assainissement, l’appui à l’agriculture durable, l’appui à l’acquisition de matériels d’énergie solaire, la construction d’un centre de santé équipé en équipements et médicaments, etc.

Notre première action dans cette zone est la donation importante en matériels et équipements divers en décembre 2017 avec l’appui de la Foundation Crossroad Limited (Hong Kong).

Pour suivre la cérémonie de donation à Goubi, voir ce film de 6 mn en cliquant ICI.

Etes-vous intéressé à vous joindre à nous pour le développement local de l’une des parties les plus vulnérables du Togo, alors contactez-nous en cliquant ICI.