23/07/2018

Projet de renforcement des capacités des acteurs sur les textes antitabac

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS SUR LES TEXTES ANTI TABAC

Contexte et justification

Le tabagisme est l’un des fléaux mondiaux les plus graves qui fait d’énormes ravages en vie humaine dans le 21ème siècle. En effet, le tabac est à l’origine de plusieurs maladies évitables et tue une personne dans le monde chaque 5 secondes. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le tabac est à l’origine de 7,2 millions de décès chaque année dans le monde dont 80% de ces décès surviennent dans les pays en voie de développement comme notre pays le Togo. Pour faire face à ce fléau, le Togo a ratifié le 15 Novembre 2005 la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Anti-Tabac (CCLAT) et adopté la loi N°2010-017 du 31/12/2010 relative à la production, à la commercialisation, à la consommation des cigarettes et autres produits du tabac ainsi que ses textes d’application (cinq décrets et cinq arrêtés). Afin de faciliter la mise en œuvre de ces différents textes, l’ANCE-Togo dans son dynamisme de lutte contre le tabagisme au Togo a travaillé en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et de la Protection Sociale dans les campagnes de renforcement de capacités des acteurs impliqués dans la lutte antitabac sur toute l’étendue du territoire.

Objectif global

Faire appliquer les différents textes antitabac en vigueur

Objectifs spécifiques

  • Renforcer les capacités des acteurs sur les textes antitabac en vigueur.
  • Augmenter le taux de mise en œuvre de ces différents textes.

Activités réalisées

  • Renforcement des capacités de plus de 2500 acteurs impliqués dans la lutte antitabac à travers 36 ateliers regroupant au moins 50 participants par atelier sur les différents textes antitabac en vigueur et sur les méfaits du tabac.
  • Les principaux acteurs impliqués renforcés sont : les points focaux antitabac de tous les ministères ; les tenanciers de bars, de restaurants et d’hôtels ; les leaders d’opinions (chefs traditionnels, les imams, les pasteurs, les prêtres, les responsables du syndicat des transporteurs, les associations de femmes, les Comités Villageois de Développement (CVD) bref la communauté à la base) ; les journalistes ; les agents de l’Office Togolais des Recettes (OTR) et les agents aux postes frontaliers ; les autorités décentralisées (préfets, maires, commissaires, commandants de groupements, etc.) ; les volontaires de l’ANCE-TOGO intervenant dans les activités de sensibilisations ; les forces de l’ordre (policiers et gendarmes) et les magistrats.